Plébiscitée pendant le confinement, la consultation à distance continue à séduire les Français et leurs médecins. Encore aujourd’hui, le nombre de téléconsultations est 30 fois plus élevé qu’au début de l’année 2020. Accessible à tous, pratique et sécurisée, la téléconsultation s’adapte à de très nombreuses demandes et actes médicaux. Voici 5 arguments pour convaincre vos patients de faire leur première téléconsultation, s’ils se montrent hésitants.

1. Éviter un déplacement inutile

Consulter depuis chez soi, depuis le bureau à l’heure de la pause déjeuner, s’épargner un trajet jusqu’au cabinet médical, garder son RTT pour autre chose qu’un rendez-vous médical : les avantages de la téléconsultation en terme de confort et de flexibilité sont inouïs. C’est d’ailleurs ce qui séduit les Français en premier lieu : éviter de se déplacer (38,5 %) et consulter leur médecin d’où ils veulent (22 %). Alors que la menace épidémique de la COVID-19 plane toujours, et de façon durable, ce mode de consultation à distance s’avère un excellent moyen de se protéger.

2. Obtenir un rendez-vous plus rapidement

Grâce à des délais d’attente plus courts, la consultation médicale à distance facilite l’accès aux soins. La majorité des rendez-vous vidéo sont pris la veille pour le lendemain (29 %) et le jour même (28,3 %). A peine plus de 10 % des téléconsultations sont réservées plus de 7 jours plus tôt. En comparaison, il s’écoule en moyenne 6 jours entre une prise de contact et un rendez-vous chez un généraliste, 50 pour un rendez-vous chez le cardiologue et 80 pour un rendez-vous chez l’ophtalmologiste, selon les données de la DREES.

3. Communiquer mieux et plus avec son médecin

Un renouvellement d’ordonnance, un résultat d’analyse sanguine à expliciter, un petit tracas de rien du tout, des interrogations sur un symptôme bénin, un avis à demander : nombreux sont ceux qui estimaient, jusqu’ici, que tout cela ne valait pas le coup d’aller consulter, que tout cela pourrait bien se régler à l’occasion d’une prochaine consultation, pour autre chose. Avec la téléconsultation, les échanges avec son médecin sont facilités et peuvent être plus fréquents. C’est le parcours de santé et le suivi y gagnent. Tous les actes ne requièrent pas un examen clinique, de nombreux actes peuvent déjà être effectués à distance, dans de nombreuses spécialités médicales : suivi de patient ayant une affection chronique, prise en charge de l’acné chez l’adolescent, prescription d’un dépistage d’IST, consultation pré-conceptionnelle, suivi de pathologies banales ORL peu ou pas fébriles chez l’enfant

4. Accéder à son médecin facilement

Tout le monde, quels que soient son âge, son lieu de vie ou son historique médical, peut téléconsulter. Depuis son Smartphone, sa tablette ou son ordinateur, doté d’une webcam, chaque Français connecté à Internet, en wifi de préférence, y a accès. Si les patients âgés de 25 à 54 ans sont les plus “téléconsultants” (60 % des consultations à distance sur Doctolib), leurs aînés ne sont pas en reste : les 55-64 ans représentent 10,5 % et les plus de 65 ans, 7 %. Simple et intuitive, la téléconsultation Doctolib se réalise en quelques clics seulement. Ceux qui y goûtent une première fois y reviennent : déjà bien avant le confinement, l’Assurance maladie comptabilisait en septembre 2019 une moyenne d’1,4 téléconsultation par patient

5. Échanger en toute sécurité

Taire tout ce qui a été vu, entendu ou compris : à distance comme en présentiel, le respect du secret médical est fondamental. Les serveurs de Doctolib sont agréés Hébergeurs de données de santé (HADS), une certification obtenue auprès de l’Agence du numérique en santé, qui assure la protection de la confidentialité et des documents que l’on partage avec son médecin. Reconnue par l’Assurance maladie, la téléconsultation est prise en charge au même niveau qu’une consultation classique. Seules conditions : être déjà un patient du médecin que l’on téléconsulte, l’avoir vu au moins une fois dans les 12 derniers mois, et respecter le parcours de soins. 

L’équipe Doctolib.