Vous êtes sur le point de vous absenter sur une période donnée ? Vous partez à la retraite ? Même combat : que vous soyez médecin généraliste ou spécialiste, vous devez désormais vous mettre en quête d’un(e) remplaçant(e). Afin que ces remplacements occasionnels ou réguliers ne soient plus synonymes de prise de tête, Doctolib vous propose ce pense-bête pratique en seulement 3 étapes. À vos claviers !

Une recherche de médecin remplaçant, de multiples solutions

Il existe aujourd’hui un certain nombre d’outils de recherche pour répondre aux besoins de remplacement médical. Rédigez votre annonce et postez-la sur différents canaux :

  • les réseaux sociaux comme Linkedin ou Facebook sont parfois de bons relais pour ce type de requêtes ;
  • très en croissance, les sites spécialisés comme Medelse, RemplaFrance ou encore Docndoc, aux tarifs déductibles sous forme de frais de fonctionnement, vous permettent d’être mis(e) en relation avec de potentiels remplaçants de façon beaucoup plus ciblée ;
  • enfin, sachez que les délégations départementales de l’Ordre des Médecins se proposent de relayer ces messages.

Cela suppose bien sûr que vous fassiez le tri parmi les réponses reçues, que vous contactiez vous-même les candidats qui vous semblent les plus pertinents etc. C’est un processus de recrutement à part entière. Si vous souhaitez et êtes financièrement en mesure de déléguer davantage, vous pouvez également faire appel à un chasseur de tête indépendant. Dans les deux cas, pensez à consulter les pages praticiens Doctolib pour affiner vos investigations.

Démarche remplacement médecin: Votre to-do list administrative 

Eurêka ! Vous avez trouvé la bonne personne disponible pour vous remplacer.

Quelques vérifications s’imposent :

  • le ou la candidat(e) retenu(e) est étudiant(e) en médecine ? Si oui, il lui faut avoir validé un deuxième cycle d’études médicales en France ou en Europe et être inscrit(e) pour un troisième cycle d’études médicales en France. Il ou elle est tenu(e) de vous présenter en parallèle un justificatif de validation des stages nécessaires ;
  • cette personne doit également avoir fait la demande d’une licence de remplacement, valable par département et à renouveler annuellement ;
  • si c’est son premier remplacement, elle devra demander une immatriculation auprès de l’URSSAF de son lieu fiscal dans les 8 jours suivant son démarrage, auprès de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) dans les 30 jours ;
  • il ou elle doit s’assurer d’être couvert(e) par une assurance Responsabilité Civile Professionnelle ;
  • enfin, il est préférable que votre futur(e) remplaçant(e) ouvre un compte bancaire dédié à son activité libérale.

Tout est en règle ? Vous pouvez alors passer à la rédaction du contrat de remplacement puis le soumettre au Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins. Ce dernier doit mentionner, entre autres, les dates de début et de fin du remplacement et le pourcentage de rétrocession d’honoraires qui permettra le paiement du médecin remplaçant, comme détaillé dans ce modèle.

Certaines plateformes de mise en relation offrent également une prise en charge totale ou partielle de ces formalités et vont jusqu’à mettre en avant le nombre de consultations que vous pourriez gagner en faisant appel à leurs services : n’hésitez pas à vous renseigner sur ce point car les démarches peuvent être chronophages. 

Quelle que soit la manière dont vous procédez, n’oubliez pas de mettre votre remplaçant(e) en garde quant à la gestion des données personnelles de vos patients.

Et si on vous facilitait la passation ?

Le saviez-vous ? Doctolib peut grandement simplifier vos remplacements. Pas de cafouillage : votre remplaçant a la main sur votre agenda et ses préférences pendant la durée de son mandat. Créez vos remplaçants et ajoutez simplement vos périodes de remplacement dans l’agenda Doctolib, vos patients en seront ainsi informés lors de leur prise de rendez-vous.