Un tiers des Français est atteint d’une pathologie chronique. Le développement de la consultation à distance permet de prendre en charge efficacement ces patients et leur offre un confort de vie au quotidien. 

Le défi des maladies chroniques : plus de 20 millions de Français à suivre de près

Les avez-vous revus ? Pendant le confinement, et même depuis le déconfinement, une part importante des 20 millions de Français souffrant d’une maladie chronique a repoussé sa prise en charge habituelle ou renoncé à son suivi médical. En juin 2020, encore 4 sur 10 n’étaient pas retournés consulter, s’alertaient la Fédération française des diabétiques, l’Alliance du Coeur, le Collectif national des personnes atteintes d’obésité, la Fondation pour la recherche sur l’HTA et la Société française de santé digitale. 

La téléconsultation, une nouvelle façon de prendre en charge les patients chroniques

 Pour renouer avec ces patients, la téléconsultation s’avère un outil de choix, efficace et sûr. Au plus fort de l’épidémie, 24 % des patients ayant une maladie chronique se sont entretenus avec leur médecin généraliste par ce biais-là, 28 % ont téléconsulté leur spécialiste. Une pratique poursuivie même à l’heure du déconfinement : 11 % ont effectué une téléconsultation avec leur généraliste, 15 % avec un spécialiste, détaille le sondage Chronic Panel – B3TSI pour la Fédération française des diabétiques.  

Depuis les tout premiers pas de la téléconsultation en France, en 2009, puis sa prise en charge par l’Assurance maladie en septembre 2018, plusieurs expérimentations ont été lancées et démontrent l’intérêt du suivi à distance pour les patients atteints de maladies chroniques. Le programme ETAPES (Expérimentation de télémédecine pour l’amélioration des parcours en santé), lancé en 2014, donnera lieu à un rapport d’évaluation en juin 2021. Déjà, il apparaît qu’en complément de visites traditionnelles, en face à face, les consultations vidéos semblent améliorer la qualité de vie des malades, leur observance et leur implication, leur accès aux soins. Moins de déplacements, plus d’autonomie, plus d’échanges avec les médecins, plus de coordination entre soignants contribuent à un suivi tout aussi efficient mais plus confortable pour le patient.

Une étude espagnole, parue au début de l’année 2020 dans la revue Diabetes Care estime ainsi que “la télémédecine est aussi efficace que la consultation en présentiel dans le suivi du diabète de type 1”. “Certaines visites en présentiel pourraient être remplacées par des visites en télémédecine en routine clinique chez les patients diabétiques de type 1 présentant un contrôle glycémique correct […] Cet outil permet d’améliorer l’accès aux soins des patients et offre une alternative intéressante aux patients qui vivent dans des zones géographiques éloignées”, indiquent les auteurs de l’étude.

Un service médical rendu au patient amélioré

Outre les patients diabétiques, la téléconsultation  – et plus largement la télémédecine – peut bénéficier à des malades souffrant d’hypertension, de BPCO, de cancers… “Ce ne sont pas les actes médicaux qui changent, mais leur organisation. Il faut veiller à ce que le service médical rendu au patient ne change pas. Il peut même s’améliorer en simplifiant les consultations. La satisfaction des professionnels de santé est également essentielle”, indique Lydie Canipel, secrétaire générale de la Société française de télémédecine et présidente de FORMATICSanté, interrogée par l’Association des laboratoires japonais présents en France (LaJaPF) et la société IQVIA. 

Face aux défis de la santé de demain, le vieillissement de la population, l’explosion des maladies chroniques, la téléconsultation se présente déjà comme une nouvelle façon de traiter et prendre en charge au plus près les patients aux besoins les plus poussés. 

L’équipe Doctolib.