Vous êtes médecin et souhaitez pouvoir proposer des téléconsultations ? Rien de plus simple… une fois que vous aurez installé l’équipement adapté. Pour cela, allez à l’essentiel en suivant notre feuille de route !

Qu’est-ce que la télémédecine ? 

Le terme est aujourd’hui omniprésent : la télémédecine est à la médecine ce que la téléconsultation est à la consultation, c’est-à-dire une pratique à distance rendue possible par les dernières avancées technologiques. Que vous soyez généraliste ou spécialiste, vous pouvez donc, en étant dûment équipé(e), prétendre à l’exercice de la télémédecine.

Si l’utilité de l’échange en présentiel est aujourd’hui incontestable, notamment dans la perspective du maintien du lien social et de la continuité des soins, la téléconsultation peut s’avérer d’une grande utilité au quotidien. Prenons quelques cas fréquents : lorsque le patient ne peut pas se déplacer en dehors de chez soi, pour une urgence en dehors des horaires standard des cabinets médicaux, pour de simples renouvellements d’ordonnances… Sa possibilité, désormais généralisée, désengorge par le même coup les salles d’attente.

Comment se déroule une téléconsultation ?

La téléconsultation vous met en relation avec votre patient(e) par le biais d’une visioconférence sécurisée. Dans la plupart des cas, la prise de rendez-vous ressemble à celle d’une consultation classique. Votre page praticien Doctolib peut d’ailleurs faire figurer 2 options : rendez-vous au cabinet ou à distance. Comme pour une consultation usuelle, le patient peut être mis en attente par vos soins le temps que vous terminiez votre rendez-vous précédent, qu’il soit physique ou virtuel. Une fois la mise en relation effective, l’échange peut avoir lieu et des ordonnances peuvent être délivrées à distance. 

Quant à la facturation, elle se fait théoriquement au même tarif qu’une consultation en présentiel via une feuille de soins électronique (FSE) transmise à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) qui rembourse le patient en fonction de son taux de prise en charge. Ainsi, si le patient bénéficie du Tiers Payant, il n’aura pas à avancer les frais.

Quel est le matériel nécessaire à son bon déroulement ?

Pour suivre ces étapes et contrairement aux idées reçues, pas besoin de matériel informatique dernier cri particulièrement onéreux. Un ordinateur ou un smartphone équipé d’un microphone et d’une caméra fonctionnels et branchés ainsi que d’une bonne connexion internet (4G ou wifi haut débit) suffit à éviter la plupart des problèmes techniques.

Pour l’aspect mise en relation, être doté d’un logiciel de télémédecine tel que Doctolib constitue une condition sine qua non.

Dans cette perspective, sachez que l’Assurance Maladie a mis en place le Forfait Structure délivrant 175 euros d’aides à l’acquisition de matériel informatique et 350 euros d’aides à la souscription de logiciels de téléconsultation.

Télémédecine et sécurité des données, quels sont les réflexes à avoir ?

La base en termes de protection des données personnelles consiste à vous assurer que le patient se trouve dans un endroit où la confidentialité de l’échange peut être respectée et que les documents liés à la téléconsultation transitent via un espace sécurisé, et non pas directement par e-mail.

En utilisant un logiciel de télémédecine tel que Doctolib téléconsultation, la sécurité des données est automatiquement assurée.