L’ordonnance médicale électronique s’est démocratisée en 2020 sur l’ensemble du territoire, en conservant un support papier remis au patient. Mais à l’horizon 2024, la dématérialisation devra être déployée.

L’ordonnance électronique généralisée à partir de 2020

Expérimentée en 2019 dans différents départements (Maine-et-Loire, Saône-et-Loire et Val-de-Marne), l’ordonnance de médicaments électronique (OME) a fait ses preuves. Elle doit maintenant remplacer progressivement l’ordonnance papier sur l’ensemble du territoire. Une nouvelle étape est ainsi franchie dans la stratégie de transformation du système de santé.

L’ordonnance médicale électronique présente de nombreux avantages :

  • elle est plus sûre : elle ne peut pas être perdue (surtout pour les ordonnances renouvelables), ni falsifiée par le patient ; 
  • elle sécurise la transmission de l’ordonnance, transmise directement au pharmacien ; 
  • elle optimise la coordination entre professionnels de santé, qui peuvent la consulter, et la pertinence des soins ; 
  • elle est plus simple pour le pharmacien (plus facile à déchiffrer, reliée à un logiciel métier elle simplifie la facturation) ; 
  • elle favorise le suivi médical du patient, grâce à l’historique des prescriptions et des délivrances de médicaments ; 
  • elle est le complément « naturel » et logique de la télémédecine. 

La e-prescription va progressivement s’étendre. Sa généralisation est prévue à l’horizon 2024 pour les ordonnances de médicaments.  

Pas de changement des pratiques des médecins

Avec la généralisation des LAP (Logiciels d’Aide à la Prescription), par ailleurs encouragée par l’Assurance Maladie (en particulier avec le Forfait Structure), le passage à l’e-ordonnance ne va pas bouleverser les pratiques habituelles des médecins. L’ordonnance déjà rédigée via le logiciel sera enregistrée dans une base de données sécurisée hébergée par l’Assurance Maladie. Dans un premier temps, un support papier est conservé : la prescription est imprimée à destination du patient, et comporte un QR Code. En scannant le QR Code, le pharmacien accède à l’ordonnance hébergée dans la base de données, et procède à la délivrance des médicaments.

Les médicaments effectivement délivrés (ou leur équivalent générique, le pharmacien gardant la possibilité de modifier la prescription en indiquant le motif de la substitution) sont également enregistrés, permettant un suivi des traitements.

Le « zéro papier » pour 2024 ?

L’ordonnance électronique étendue en 2020 est une étape vers une totale dématérialisation systématique des prescriptions, pour aller vers une e-santé plus sûre et traçable.

Les ordonnances ne seront alors plus imprimées, mais transmises automatiquement entre les professionnels de santé, en toute sécurité. Une possibilité déjà offerte en cas de téléconsultation, et de télétransmission de l’ordonnance au pharmacien ! Lorsque les ordonnances dématérialisées seront devenues la règle, les patients pourront toujours consulter la version électronique de leur ordonnance sur leur Dossier Médical Partagé.

L’ordonnance papier représente environ 1 milliard de prescriptions chaque année. Le zéro papier est aussi un geste pour l’environnement.

L’équipe Doctolib.