Le recours à la consultation vidéo a explosé durant le confinement :  son usage a été multiplié par 3 auprès des patients et par 5 auprès des médecins sur les six premiers mois de l’année, selon le Baromètre Télémédecine de l’Agence du numérique en santé. Patients comme soignants ont durablement adopté la pratique.

Un patient sur 5 et 7 médecins sur 10 ont eu recours à la téléconsultation

Il y a encore 8 mois, rares étaient les Français à avoir déjà téléconsulté leurs médecins. Rares aussi étaient les médecins à avoir échangé en vidéo avec leurs patients. Un confinement plus tard, la pratique de la téléconsultation est largement entrée dans les foyers et les cabinets médicaux français : 1 patient sur 5 (18 %) et 7 médecins sur 10 (71 %) y ont eu recours, d’après le Baromètre Télémédecine de l’Agence du numérique en santé, réalisé par Odoxa et publié dans le Mag de la Santé jeudi 22 octobre.

L’essayer, c’est l’adopter : 79 % des patients et 75 % des médecins se disent satisfaits par la téléconsultation. Même les réfractaires jusqu’ici semblent ne pas être figés sur leurs positions. Côté patients, deux-tiers des non-utilisateurs seraient prêts à recourir à la téléconsultation si leur médecin le leur proposait. Côté soignants, près de la moitié de ceux qui n’en font pas usage pensent y avoir recours à l’avenir. 

Une téléconsultation pour quels motifs ?

Conscients que la téléconsultation ne remplace pas la consultation physique chez le médecin mais vient en complément, s’inscrivant dans un suivi et un parcours de soins global, les patients jugent la téléconsultation “pas aussi parfaite” qu’une consultation classique, en présentiel. Néanmoins, ils estiment la pratique adaptée pour :

  • Poser une question à leur médecin
  • Lui demander un papier administratif
  • Faire renouveler une ordonnance
  • Échanger après l’obtention de résultats d’examens complémentaires
  • Consulter en cas de symptômes légers
  • Assurer un suivi après deux jours de traitement

Le tout début d’une pratique en pleine accélération

Au-delà de cette période d’épidémie très particulière, les Français souhaitent que la télémédecine se développe davantage et invitent les pouvoirs publics à y investir plus massivement. “Nous n’en sommes donc probablement qu’au début de la courbe de progression de l’usage de la télémédecine en France”, soulignent les auteurs du Baromètre. “L’année à venir sera à suivre de près car elle risque fort d’être celle de l’accélération”. 

Depuis le lancement de ce service sur Doctolib, 5,91 millions de téléconsultations ont été réalisées sur Doctolib. Plus de 2 millions de patients ont pu être suivis à distance. 86 % se déclarent satisfaits des consultations vidéos réalisées et 84 % recommanderaient la téléconsultation à leurs proches.

L’équipe Doctolib.