Maintenir le lien avec les patients et garantir la continuité de leurs soins : l’ensemble des professionnels de santé sont mobilisés pour éviter que le reconfinement ne donne lieu à de préjudiciables retards et renoncements aux soins.

Les soins de premier et second recours assurés, en présentiel ou à distance

Assurer la continuité des soins de tous les Français alors que sévit la deuxième vague d’épidémie de Covid-19 : tel est l’objectif de l’ensemble des professionnels de santé. “Les cabinets et les officines restent ouverts et, chacun dans leur champ de compétences, assurent les soins de premier et de second recours en présentiel ou dans le cadre de la téléconsultation, du télésoin et des soins à domicile”, indiquent d’une même voix l’Ordre des médecins, l’Ordre des sages-femmes, l’Ordre des infirmiers, l’Ordre des chirurgiens-dentistes, l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes, l’Ordre des pédicures-podologues et l’Ordre des pharmaciens.

“Devant l’inquiétude légitime de certains patients fragiles (personnes âgées, patients chroniques, femmes enceintes…) à se déplacer, les professionnels de santé de ville assurent la population de la qualité de la prise en charge dans des conditions optimales de sécurité sanitaire, respectant les recommandations professionnelles et les mesures de protection de leurs patients”, affirment les sept Ordres professionnels.

Ne pas reproduire le renoncement aux soins du premier confinement

Lors du premier confinement, beaucoup de patients ont cessé de consulter leurs praticiens pour des motifs hors Covid-19. Un renoncement aux soins qui s’est traduit par des retards de diagnostic et de prise en charge, des pathologies déséquilibrées, des souffrances et des risques de complications. “Il faut cette fois impérativement éviter que les patients ne subissent à nouveau une perte de chance dans la prise en charge de leurs pathologies”, plaident les représentants des Ordres professionnels.

Ce non-recours aux soins en mars et avril était particulièrement visible dans les salles d’attente, avec une baisse de 44 % du nombre de consultations chez les médecins généralistes et de 71 % chez les médecins spécialistes. Les autres professions de santé avaient été contraintes, elles, de fermer leurs portes. En juillet dernier, une étude publiée par l’UFC-Que Choisir révélait que trois-quarts des rendez-vous médicaux initialement prévus entre le 17 mars et le 11 mai 2020 avaient été annulés. A peine 20 % avaient pu être reprogrammés lors du déconfinement. 

« Il en va de la santé de chacun »

“En cette période de pandémie, chaque Français, qu’il soit dans une situation de fragilité nécessitant un suivi régulier ou qu’il ait ponctuellement besoin de consulter, doit continuer à contacter son professionnel de santé, médecin, pharmacien, chirurgien-dentiste, sage-femme, infirmier, masseur-kinésithérapeute, pédicure-podologue ou tout autre professionnel de santé pour bénéficier d’une prise en charge adaptée. Il en va de la santé de chacun, à laquelle nous ne saurons renoncer, même dans cette période particulière”, concluent les Ordres de santé.

Plus que jamais, lors de cette deuxième vague comme lors de la précédente, Doctolib s’engage aux côtés des professionnels de santé, pour les aider à affronter la vague et à maintenir l’accès aux soins de tous. 

 

L’équipe Doctolib. #SoignezVous