Chef d’orchestre, à l’écoute des patients, en perpétuelle adaptation, passionné et connecté : le médecin généraliste du XXIème siècle porte de nombreuses casquettes. Trentenaire installé dans le Sud de la France et Instagrameur confirmé, Docteur Flo a partagé à la Communauté Doctolib sa vision de son métier aujourd’hui lors du tout premier Rendez-vous du Doctolab qui s’est tenu mardi 22 septembre dans nos locaux et en ligne. Un temps fort d’échanges entre professionnels. Si vous l’avez manqué, voici ce qu’il faut en retenir. 

“Tout est parti d’une consultation avec mon médecin de famille”

Certains deviennent forgeron en forgeant. Lui est devenu médecin… en étant malade. Docteur Flo a à peine 11 ans et les symptômes d’une banale épidémie hivernale lorsque sa vocation frappe à la porte, sous les traits du médecin de famille. Mallette à la main et discours apaisant aux lèvres, le généraliste lui apporte ce jour de décembre trois bonnes nouvelles : d’abord, il n’a rien de grave. Ensuite, il peut comme prévu partir en vacances au ski le lendemain. Et enfin, il sait quel métier il exercera quand il sera grand : généraliste. “Tout est parti de cette consultation-là”, raconte, vingt ans plus tard, Docteur Flo, désormais installé dans son propre cabinet, en solo, dans les Bouches-du-Rhône après quatre années de remplacements. 

Le médecin généraliste, chef d’orchestre dans le parcours médical du patient

“J’exerce seul, dans un petit village de 4 000 âmes. Cela a toujours fait partie de mon idéal. J’avais envie de travailler dans un environnement à taille humaine, envie de maintenir une médecine de ville de qualité dans un endroit où il n’y a plus beaucoup de médecins”, détaille Docteur Flo, invité exceptionnel du premier Rendez-vous du Doctolab organisé par Doctolib. Un choix qui peut étonner : rares sont les jeunes médecins qui optent pour une zone faiblement dotée en praticiens, qui plus est pour ouvrir un cabinet individuel. “J’ai fait ce pari-là et j’y crois!”, affirme Docteur Flo, qui s’est conçu un cabinet médical à l’image de sa vision du médecin généraliste du XXIème siècle : engagé, connecté, agile. 

“Je conçois le médecin généraliste comme un chef d’orchestre dans le parcours médical du patient. C’est un rôle que nous devons assumer. Un rôle qui nécessite aussi une certaine adaptation de notre part, pour être en phase avec les évolutions de la société”, confie Docteur Flo. Répondre aux sollicitations, nombreuses, de ses patients, à leurs attentes et leurs habitudes en matière de communication, concilier vie professionnelle et vie personnelle, se former en permanence sont autant d’enjeux auxquels le généraliste d’aujourd’hui se confronte.

La prise de rendez-vous en ligne et l’agenda partagé : deux outils “gagnant-gagnant”

“Les pratiques ont évolué. Prendre rendez-vous en ligne, avoir un agenda partagé : ça n’existait pas il y a encore quelques années, c’est en train de s’intégrer dans le paysage”, donne-t-il en exemples. Les outils proposés par Doctolib, qu’il a adopté dès le départ, lui facilitent le quotidien, bien avant qu’il n’ouvre les portes de son cabinet : “en tant que jeune installé, seul, je ne pouvais pas me permettre d’avoir un secrétariat. Doctolib a été une solution pour ça, et ça a tout de suite parlé à mes patients. Pour eux comme pour moi, le fonctionnement est optimal : eux sont ravis de pouvoir prendre rendez-vous quand bon leur semble, moi, ça me libère du temps médical. Mon objectif, c’est de pouvoir faire de la médecine pure, même si l’administratif fait partie du boulot. Mais avec ces évolutions, on est en train d’en prendre le chemin”, souligne Docteur Flo. Les solutions Doctolib ont répondu à sa problématique de jeune installé : remplir son carnet de rendez-vous, avant même de visser sa plaque. “J’avais des patients dès le premier jour !”, se souvient-il. 

Curieux de tout, ouvert, actif sur les réseaux sociaux, Docteur Flo puise dans chacune de ses expériences de quoi nourrir sa pratique, s’enrichir  et avancer. “Quand on sort de l’école, on est loin de tout savoir”, reconnaît-il. Une envie de progresser qui lui tient à coeur : “je suis en début de carrière, si j’exerce toute ma carrière sur ma vision en 2020, ça va finir par être dépassé !”, plaisante-il. “Les jeunes générations sont là, il existe un grand vivier de médecins encore motivés, passionnés par ce métier magnifique. On assiste à une transformation des modes d’exercice plus qu’à une désertification. Je ne pense pas qu’il n’y a plus rien. Les jeunes ont envie de travailler, ont une façon de voir la médecine de ville. Il  y a un bel avenir pour la médecine libérale française !”

L’équipe Doctolib.